Comment repeindre des murs intérieurs à moindre frais, dans un délai raisonnable, en utilisant une technique accessible à tous, sans conséquences pour la santé et l’environnement.

Les supports : Dans notre cas le support est un papier « Ingrain » (revêtement mural composé à 90% de papiers recyclés, fibrannes, fibres textiles longues et de bois.) recouvert d’anciennes peintures satinées. Le choix de travailler sur la tapisserie permet d’éviter un très lourd travail de réparation du mur en plâtre. En général on évite la chaux sur le plâtre, sauf en badigeons légers. Réparer le support : on détapisse et on retapisse certains murs après avoir rebouché, lissé à l’enduit de rebouchage et poncé.

Matériel : - Pinceaux, brosses larges en soies de porc ou brosses en synthétique très souples (chez OBI en Allemagne). - Fromage blanc 0% - Chaux aérienne en pâte, - Pigments compatibles avec la chaux (voir indication sur les emballages ou les listes des fabricants): vert émeraude, ocre, terre de sienne, bleu outremer, rouge carmin ou vermillon, noir (les particules légères de la suie sont un pigment), brun, …et du blanc : de l’oxyde de titane, - Eventuellement charge (craie) pour épaissir (selon les composants, la craie peut colorer ou pas…). - Récipients pour mesurer (graduations) ou récipients identiques (les pots de fromage blanc) pour les essais (conserver avec des couvercles). On trouve des petits sceaux de crème dans les restaurants,… sinon on peut acheter des pots en pastique avec couvercle neufs (grossistes en matériel pour peintre), - Gants pour se protéger de la chaux qui agresse la peau, - Sèche cheveux

Temps de préparation après essais et tâtonnements : De 30 mn à 1 heure pour une pièce ou tout un appartement.

Back Camera

Recette de base : On prépare le liant à la caséine (colle) avec du fromage blanc 0% + 1/5 maximum de chaux grasse en pâte. On obtient un liquide qui sent l’ammoniaque : « ça sent mauvais », c’est normal. S’il y a des grumeaux, ça n’est pas grave (dépend des conditions de pression atmosphérique, de la teneur en gras), on passe éventuellement avec une passoire.

Pour réaliser une teinte blanc ocré, on prend du pigment blanc et très peu de pigment coloré, ici de l' ocre, maximum 5 à 8% par rapport au blanc, selon la clarté recherchée. On les délaye avec de l’eau de préférence distillée. Quelques gouttes de liquide vaisselle permettent de faciliter le mélange.

Charge et pigments délayés sont ensuite mélangés avec le liant. La peinture ne doit pas couler du pinceau. On peut rajouter de la charge pour épaissir (craie). On rajoute quelques gouttes d’essence de clous de Girofle ou d’huile essentielle de Girofle pour assainir encore plus (mais la chaux a déjà ce pouvoir).

On passe éventuellement la peinture avec un tamis fin s’il y a des grumeaux ou des impuretés.

On peut rendre plus transparent en rajoutant plus de liant.

Sur notre support existant (papier Ingrain) qui est peint avec une peinture acrylique plus ou moins brillante, on pose après essais de tenue:

- éventuellement une couche de colle caséine, pour unifier un support trop inégal.

- 2 ou 3 couches de peinture.

Pour les essais de tenue (à faire absolument), on prépare de petites quantités:

On ne connaît jamais la nature exacte des supports ni la composition en eau des matières utilisées (fromage,…), c’est pourquoi il faut faire obligatoirement des essais avant l’application de chaque nouvelle peinture ou sur tout nouveau support.

On pèse chaque quantité avec une balance pour les retranscrire ensuite en vraies grandeurs.

Faire les essais sur chaque support différent et chauffer avec un sèche cheveu pour accélérer le séchage. L’essai est techniquement concluant si le doigt est propre ou si le mouchoir en papier ( ou le coton, le chiffon noir ,…) est sec.

Lorsque les proportions sont définies, on reproduit le dosage et on rajoute ½ verre de liant en plus si le doigt n’était pas tout à fait propre au toucher.

Ne pas « surcoller » car le liant rend la peinture étanche, et la peinture s'écaille.

Notre essai a été fait avec 5g ou 10g d’ocre, 100 gr de blanc de titane et 400g de colle obtenu à partir d’un kilo de fromage blanc et 1/5e de chaux en pâte. Ces proportions sont ensuite multipliées pour obtenir les quantités nécessaires.

Les quantités de cet essai ont permis de réaliser un mur de 10 m2 en une couche. Prévoir 4 à 10 litres de peinture pour une pièce.

Esthétiquement, on peut faire des essais sur une planche de contre plaqué tapissée, ce qui permet de déplacer un même essai de couleur dans différentes pièces.

La peinture à la caséine est réversible : elle s’enlève avec une simple éponge humide, même un an après. Par contre il ne faut pas laisser sécher le pinceau de colle qui lui serait impossible à nettoyer.

On n’utilise pas de chaux à l’intérieur sur les tapisseries, car elle constitue un film trop dur qui peut se casser. Il faut noter également que la chaux est irréversible.

Par contre on peut réaliser des enduits à la chaux sur placo-plâtre, en 3 couches (fastidieux mais intéressant pour les qualités de régulation hygrométrique de la chaux) dans un esprit « Tadelakt» On peut aussi faire des enduits à la chaux sur des murs bruts en intérieur (ex. des douches, etc.)

Charge (40% maximum) : la craie, par exemple, donne la matière (épaissit) sans dénaturer la couleur. Les pigments sont des charges en eux-mêmes. Le blanc de titane éclaircie le mélange (ton pastel). Ne pas mettre trop d’eau sinon, il manque de la charge. Les pigments sont choisis selon le budget et la luminosité recherchée.

Colle ou liant organique: il sert de fixatif à mélanger avec les pigments, la charge, et de l’eau (en petite dose dans les pigments délayés). On peut aussi la mélanger à des peintures séparément ou combinées entre elles : comme la peinture à la colle (colle de peau, etc ou même colle à tapisserie), à la terre (mais seulement sur un support en terre), badigeons à la chaux, laits de chaux, etc, à essayer sur différents supports de porosité et de rugosité différente. Préparer le liant la veille des travaux de peinture. Ce produit comme le fromage blanc ainsi que les peintures se gardent au frais (cave). Pour neutraliser la colle encore davantage, on peut toujours y rajouter du « lait de chaux » (« eau de chaux »= liquide que l’on récupère sur la surface de la chaux).

Chaux: On prend de la chaux CL90 en poudre ou mieux en pâte : de la chaux grasse éteinte soi-même. On peut se fournir à moindre frais de la chaux en pâte dans un sceau (on y ajoute une couche d’eau pour qu’elle se conserve (plusieurs années au frais), La chaux en pâte se garde indéfiniment avec sa couche d’eau sur le dessus du sceau. Elle a de grandes qualités de résistance une fois posée et notamment aussi dans les enduits à la chaux. On peut l’utiliser pour « chauler » le plancher : on badigeonne, on brosse avec une brosse métallique souple (en laiton,…), et on nettoie à l’eau après avoir laisser agir un peu.

Pigments, 5 à 10% maximum: La chaux ne les absorbe pas, ce qui explique que les teintes historiques sont très pastels. Les leçons de l’histoire restent valables. On peut redécouvrir les pigments originaux en faisant des sondages (c’est toujours possible). Ocres jaunes et rouges : Terre de Sienne, toutes les terres Rouge Vermillon Les pigments minéraux sont compatibles avec la chaux, et stables à la lumière. Les bleus et les verts sont des pigments de synthèse (Bleu de Berlin, de Prusse, de Paris,…). Le bleu minéral est rare (Lapis Lazuli ). Les bleus de synthèse existent depuis 1830/60 : le bleu de GUINET début XIXe (1828), vert oxyde de chrome hydraté (vert émeraude de GUINET- chimiste français début XIXe), colorant cher (180 euros le kg au meilleur prix). Le blanc de titane (le plus lumineux), la craie, …La poudre de marbre est chère, on la réserve aux fresques. Des teintes nobles ayant un caractère en elles - mêmes ne seront de préférence pas mélangées avec d’autres teintes.

Esthétiquement, on positionne les teintes chaudes dans les lieux sombres et mal éclairés. Les teintes froides sont plus appropriées dans les situations exposées au Sud à l’intérieur comme à l’extérieur, les couleurs vives sont plaisantes dans les tissus urbains resserrés.

Adjuvants :

Eau :10% maximum de la quantité de pigment.

Huile essentielle de Girofle : quelques gouttes, ou borax qui évite les sels de nitrate dans les supports humides.

Liquide vaisselle : facilite le mélange des pigments.

Sel d’alun (un rétenteur) permet une carbonatation plus lente donc meilleure, et une fixation supérieure des pigments.

Coût (2010) : environ 50 à 200 euros pour une pièce ou un appartement

- Chaux éteinte en pate: 10 litres

- Fromage : environ 5kg de fromage blanc pour refaire un appartement de 5 pièces.

- Oxyde de Titane : 8 kg à 12 euros le kg

- Ocre jaune : 11 euros le kg

- Huile essentielle : 5 euros le flacon.

- Essence de vinaigre à 8% ou vinaigre blanc pour neutraliser le calcaire.

- Pinceaux,

- Gants latex,

- Sceaux avec couvercles et pots récupérés,

- Chutes de papier Ingrain, morceau de contre plaqué,

- …

En savoir plus :

Site l’Ecole d’Avignon : http://www.ecole-avignon.com/fr/livre/12_enduits-et-peintures-a-la-chaux-du-haut-jura.htm

Site de Peter Kelvink : http://atriumfresco.com/

Des fournisseurs:

KREMER Pigmente (pigments et chaux) : http://kremer-pigmente.de/fr

PNZ : protection bois professionnelles : http://www.pnz.de/home-de.html

Le Moulin à couleurs d’Ecordal (Ardennes) :

http://moulincouleurs.pagesperso-orange.fr/

Carrière d’ocre de Roussillon et OKRA Musée du pigment :

http://www.okhra.com/

Usine à chaux Boehm, Dahlenheim : http://www.chauxboehm.fr/index.php

Baltazard et Cotte Bâtiment Besançon : chaux aérienne

http://www.balthazard.com/fr/index.html

Grupp SAS, 22 rue des Tuileries, Souffelweyersheim, 0388200607.

Géant des Beaux Arts, Koenigshoffen , commande possible par internet: http://www.geant-beaux-arts.fr/?gclid=CNvErumV06MCFQ1t4wod0l5ewQ

Koubai, à Hoerdt : peintures toutes prêtes : 14, rue Gutenberg , Z.I. BP 243 , 67727 Hoerdt Cedex , Tél. 03 88 64 16 64 , Fax 03 88 60 70 36

http://www.peinture-koubai.com/peintures-murales-et-colorants.aspx

Can’Art à,Strasbourg place de Zurich et Alter Eco-logis à Blaesheim :

http://www.alterecologis.com/

Graphigro rue du 22 Novembre à Strasbourg

Filcordo rue Kuss à Strasbourg

Etc.


Et des annuaires sur ces sites :

http://www.terresetcouleurs.com/adresses.html

http://www.citemaison.fr/Chaux-aerienne-ou-hydraulique.html


Quelques livres :

Le cahier de recettes de la marchande de couleurs, Anne Marie et Jean Claude MISSET, Ed. Massin.

Préparation des supports pour enduits et peintures, Les règles d’or, Jen Claude MISSET, Ed. Massin.

Peintures et recettes maison , Marie VANESSE, Ed. Le bec en l’air

Peindre sa maison avec des couleurs naturelles, Iris VIAGARDINI, Ed. Eyrolles,

Enduits et badigeons de chaux, Iris VIAGARDINI, Ed. Eyrolles.

La chaux naturelle, décorer, restaurer et construire, Julien FOUIN, Ed . De Rouergue.

Le grand livre des techniques picturales anciennes, Josée ROSCOP, Ed. Fleurus.